Mode digitale,  Mode responsable

La seconde main : quand économie rime avec écologie

Ces dernières années, les plateformes ou boutiques de seconde main n’ont cessé de se multiplier.

Autant drivé par la cause économique qu’écologique, le marché de l’occasion connaît actuellement une croissance considérable. Et pour cause, son chiffre d’affaires est estimé à 44 milliards de dollars d’ici 2028.

Les consommateurs ont pris conscience de l’utilité liée à la réutilisation de vêtements. Une étude récente a révélé que près de 2 français sur 5  ont acheté des vêtements d’occasion en 2019  (selon l’IFM et FEVAD).

Les cibles se sont élargies, tous les types de profils y ont recours. Néanmoins, ce sont les jeunes, âgés de 18 à 24 ans et de 25 à 27 ans qui sont les plus adeptes de ce concept.

La production d’un jean nécessite l’utilisation de 10 000 litres d’eau, alors pourquoi ne pas le vendre lorsque vous ne l’utilisez plus ?

Les plus grandes entreprises s’y mettent !

Cette tendance de la seconde main est un réel enjeu pour les points de ventes physiques. Effectivement, les marques sont de plus en plus concurrencées par la marché de la seconde main. Et cela, certaines entreprises l’ont bien compris.

Auchan, acteur majeur de la grande distribution, a lancé le 17 Février dernier un concept de friperie directement dans ses hypermarchés. Le concept est en phase de test pendant 3 mois dans 5 de ses magasins (Roncq, Melun, Hirson, Marseille et Bordeaux.)

Le principe est simple : cet espace permet la reprise et l’achat de 7 catégories de vêtements d’occasion pour femmes et enfants . L’approvisionnement de cet espace de fripe est possible grâce au partenariat réalisé avec Patatam. Lorsqu’un client dépose des vêtements, il reçoit en compensation un bon d’achat de 5 euros à valoir sur le rayon textile de l’enseigne. Concernant l’achat des vêtements, les prix sont fixes. Ainsi, il vous est possible d’acquérir un tee-shirt au prix de 3 euros, une jupe, un pantalon ou un pull au prix de 5 euros et enfin un manteau pour 15 euros. 

D’autre part, c’est en ayant pris conscience que des milliers d’articles de son enseigne étaient mis en vente sur Vinted que l’enseigne Camaieu a décidé de créer son propre vide dressing en ligne. 

Cette fois, l’acheteur n’est pas livré à domicile mais doit se rendre dans une des boutiques Camaieu de son choix. Cette technique permet donc à l’enseigne d’augmenter le trafic en boutiques puisque les clients sont incités à venir directement en magasin. Avec cette proposition, la marque a souhaité, plus que jamais, développer une expérience client omnicanale hautement qualitative.

Par ailleurs, h&m est également un acteur engagé dans l’économie circulaire. L’entreprise a investi 2 millions d’euros dans la plateforme de seconde main suédoise Sellpy et devient donc l’actionnaire majoritaire de la plateforme.

Vinted – Le roi de l’économie circulaire

Vinted, connue sous le slogan « Tu ne le portes plus ? Vends-le » est la plateforme qui a véritablement démocratisé le concept ! Application intuitive et conditions avantageuses : vinted est définitivement simple d’utilisation.

Vinted est une entreprise lituanienne fondée en 2008  par Milda Mitkute et Justas Janauskas. 

Ce site s’adresse aux particuliers. Il a été conçu afin de palier un problème qu’un grand nombre d’entre nous connaissons : la surcharge et le débordement de nos dressings.

Son utilisation est totalement gratuite pour les vendeurs. Effectivement, seuls les acheteurs sont amenés à verser une petite commission à Vinted pour la mise en relation et le service de protection (5% du prix de l’article + une commission fixe de 0,70€). Concernant le business model, Vinted se rémunère également sur l’achat de boosts puisqu’il est possible pour le vendeur d’acheter des « Boosts », ces derniers permettent d’accroitre la visibilité de leurs articles sur le catalogue des produits  (sorte de fil d’actualité) sur l’application. Vinted se rémunère également via l’espace publicitaire qui est vendu à certains annonceurs.

Sur Vinted, on y trouve un large choix : des robes aux chaussures, en passant par les sacs , vous trouverez votre bonheur. Les prix varient très largement selon la marque de l’article et selon son état. Aujourd’hui, Vinted compte quelque 180 millions de produits en direct sur sa plateforme

Vous pourrez y dénicher du vintage, des pièces rares et authentiques, mais également des pièces de collections récentes voire actuelles.

L’application prévoit une assurance qui garantie la transaction en cas de litige. Par ailleurs, les utilisateurs appelés « Vinties » reçoivent une évaluation à l’issue de chaque transaction.

Vinted s’est récemment élargie et offre la possibilité de vendre ou acheter également avec des particuliers internationaux. La plateforme française est reliée à 5 marchés. Vous pourrez ainsi échanger avec des membres venant de Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg et de l’Espagne.  Au total, Vinted s’établie sur par moins de 12 marchés qui sont la France, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne, la Lituanie, la Pologne, la République Tchèque, le Luxembourg, l’Autriche, le UK et les USA.

L’entreprise ne cesse de croître et a recémment levé 141 millions de dollars sur la base d’une valorisation dépassant le milliard de dollars. L’entreprise souhaite plus que jamais étendre son business en Europe puisqu’il s’agit d’un marché très prometteur. Effectivement, près de 2 consommateurs sur 3 y auraient déjà acheté des produits de seconde main.

En résumé, Vinted permet d’économiser mais également de s’engager vers une cause dite responsable et de consommation circulaire.

Vinted se définie comme étant la plateforme qui « facilite le passage à l’acte éco-responsable ». Ainsi, leur mission est « de faire de la mode de seconde-main le premier choix dans le monde. »

Ce concept permet donc de combler une petite partie des dégats écologiques engendrés par la production massive de la « Fast Fashion ».

Vous pouvez donc foncer les yeux fermés et rejoindre les 23 millions de membres déjà inscrits sur la plateforme.

Il y en a pour tous les budgets

D’autres plateformes comme Vestiaire collective et Videdressing sont quant à elles davantage spécialisées dans la revente d’articles de luxe. Grâce à ces sites, il vous est donc possible d’acquérir certaines pièces de luxe à des prix intéressants.

Pourquoi attendre ? Privilégiez la seconde main !

Le don de vos vêtements est également envisagebale. Il est maintenant possible de déposer ses vêtements dans certaines boutiques qui ont inséré un point de collecte dans leurs magasins. C’est notamment le cas d’h&m, Bonobo, Calzedonia ou encore Zara. Généralement, ces enseignes vous proposent un bon de réduction en l’échange de cette collecte.

Toutes ces offres vous permettent d’acquérir une diversité d’articles qui sauront vous satisfaire.

Si vous n’êtes pas branchés e-commerce, les friperies physiques sont toujours là pour vous proposer de jolis modèles d’occasion.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *